Ibn Rushd Fund for Freedom of Thought

Concours

Le Prix Ibn Rushd 2014 est ouvert à
une personne qui considère un islam moderne comme support pour la société civile et ce faisant, exige un état démocratique et civil

Le printemps arabe a apporté des changements politiques, légaux et sociaux très différents. On peut considérer certains d'entre eux avec optimisme, d'autres semblent rétrogrades.

Une évidence: le voyage progresse continuellement. Toutefois, il semble que les défenseurs de l'état civil moderne et le représentants d'un état basé exclusivement sur des principes islamiques aient des conceptions diamétralement opposées. Mais cela ne signifie pas nécessairement que ces principes soient inconciliables; cela montre au contraire qu'un dialogue entre les différents groupes sociaux est nécessaire. Discuter des options possibles est le seul moyen pour que la société puisse créer un état qui répond aux besoins de toute la population.

Est-ce qu'il est possible pour une société arabe, qui est fondée sur une culture influencée par l'islam, d'affronter la transition d'une dictature à un état de droit libre? Est-ce que la société civile dans le monde arabe est suffisamment avancée pour provoquer ce changement? Est-il possible de concilier l'islam et la modernité? Comment une société arabe peut-elle se fonder sur son propre héritage culturel islamique et en même temps construire un état moderne basé sur la démocratie, la liberté et la pluralité?

L'Ibn Rush Fund est convaincu qu'il y a suffisamment de preuves dans l'histoire qui montrent, que cela es possible et que la culture islamique remplit les conditions nécessaires pour la formation d'un état démocratique moderne. Toutefois, nous sommes aussi convaincus que seule une société civile peut créer un état démocratique, qui se développe dans l'interaction entre les religions et convictions différentes.

Le monde arabe a besoin d'un débat fondamental sur la relation entre la société civile et l'islam. Et sur la question de savoir quel rôle tous deux doivent jouer dans la construction d'un état civil démocratique. Ce débat a déjà été commencé au 19e siècle par Jamal al-Din al-Afghani, Muhammad Abduh, Abd al-Rahman al-Kawakibi und Khair al-Din al-Tunisi et n'a rien perdu de son actualité. Il est grand temps de continuer cette discussion et d'examiner à fond la relation entre une société et sa culture religieuse. Cela est le seul moyen pour éliminer les incohérences entre les fondements de l'état démocratique moderne et l'islam.

Le concours aux Prix Ibn Rushd 2014 est ouvert à
une personne, qui considère un islam moderne comme support pour la société civile et ce faisant promeut/a promu l'établissement de l'état arabe démocratique moderne, soit par son œuvre théorique ou par son engagement politique.

Chacun peut proposer un candidat (mais pas soi-même). Le candidat/la candidate doit exercer son activité dans le monde arabe.
Un jury indépendant choisira au sein de toutes les propositions le lauréat du prix 2014.

Pour votre nomination, veuillez utiliser le formulaire (en arabe) et renvoyez-le par e-mail à nominationibn-rushdorg, ou par lettre/fax à l'adresse/numéro indiqués ci-dessous. Envoyez-nous une justification de votre proposition ainsi qu'un bref CV du candidat/de la candidate. Les propositions peuvent être envoyées jusqu'au 31 mai 2014. Les propositions peuvent être rédigées en arabe, en allemand, en français ou en anglais.

L'Ibn Rushd Fund prend en considération exclusivement les nomination envoyées au moyen de ce formulaire.
Le montant du prix est de 2500,- Euro. Le prix est exclusivement financé par les cotisations et les dons des membres du Ibn Rushd Fund. Les lauréats précédents du Prix Ibn-Rushd:
http://www.ibn-rushd.org/typo3/cms/fr/awards/ 

Le lauréat / la lauréate sera présenté au public fin novembre 2014 à Berlin.