Arabe                               Allemand                           Anglais

 

Communiqué de presse

 

Le prix Ibn Rushd 2011 est décerné à une journaliste tunisienne

 

Le Ibn Rushd Fund pour la Pensée Libre a l'honneur d'attribuer le 13ème Prix Ibn Rushd à la journaliste tunisienne Sihem Bensedrine. A travers le prix Ibn Rushd pour la Pensée Libre, le Ibn Rushd Fund honore depuis 1998 le travail de personnes ou d'organisations qui s'engagent pour la pensée libre dans le monde arabe.

La remise du prix aura lieu le 25 Novembre 2011 à Berlin au Musée de l'Art Islamique lequel perpétue ainsi sa coopération avec le Ibn Rushd Fund.

 

Les révolutions qui ont eu lieu depuis le début de l'année dans les pays arabes ont surpris beaucoup d'observateurs, aussi bien à l'étranger que dans les pays mêmes. Ces révolutions, toutefois, ont toutes eu des précurseurs qui pendant des années se sont consacrés sans relâche et avec beaucoup de courage à faire avancer le changement politique et social. Un de ces précurseurs est la journaliste et militante des droits humains, Sihem Bensedrine, aujourd'hui agée de 61 ans.

S. Bensedrine commença dès ses études de philosophie en France à s'engager pour la liberté d'expression et la démocratie en Tunisie. Elle devint journaliste dans son pays d'origine et travailla pour de nombreux journaux dont plusieurs furent interdits à cause de leur ligne éditoriale trop critique vis à vis du pouvoir. Elle fut ensuite la co-fondatrice du magazine Kalima (la parole) lequel n'obtint pas de droit de parution, ce qui la conduit à en faire un magazine en ligne. Malgré les interdictions et les tentatives de blocage, le site internet de Kalima ‘http://www.kalima-tunisie.info’ obtint chaque mois jusqu'à 40.000 visiteurs qui se montraient si créatifs dans l'art de contourner l'interdiction de parution que les organes de contrôle échouèrent à vouloir contrôler chaque visiteur. "L'internet est un espace virtuel qui offre un lieu assez bien protégé pour la résistance " affirme Sihem Bensedrine. "La communication relativement libre au sein du world wide web est la clef pour la démocratisation de la société". Tout comme le magazine, la "Radio Kalima" qui fut crée peu après ne put obtenir une fréquence pour émettre.

 

L’engagement persistant de Sihem Bensedrine ne resta pas sans suite pour sa propre sécurité : elle est victime de nombreuses actions policières et juridiques, telles qu'une campagne de diffamation dans la presse écrite proche de l’Etat, d’attaques corporelles par des « inconnus » ainsi que d’arrestations et même de torture. Mais ces tentatives d’intimidation ne furent pas couronnées de succès. « On a confisqué ma liberté, donc j’ai le devoir de continuer mon combat » dit Bensedrine. Il est justement important, en tant que femme, de se révolter contre toute forme d’oppression. S. Bensedrine fut invitée par la Hamburger Stiftung für politisch Verfolgte (Fondation hambourgeoise pour les victimes de tortures politiques) ainsi que par le programme Writers in Exil de la section allemande du P.E.N, l’association mondiale d’écrivains. En 2009, confrontée à des menaces recrudescentes, elle quitta officiellement la Tunisie et choisit le dur chemin de l’exil. Depuis le début de cette année, Sihem Bensedrine est de retour en Tunisie afin de s’engager sur le terrain pour l’établissement d’un état démocratique.

 

Le Ibn Rushd Fund voulait décerner son prix 2011 à « une journaliste qui s’engage de façon active pour la pensée libre dans le monde arabe » : La lauréate du prix Ibn Rushd a été élue par un jury nommé par le Ibn Rushd Fund. Ses membres sont des experts avisés dans le domaine du journalisme dans le monde arabe et s’engagent de façon bénévole pour le Ibn Rushd Fund. Ce jury regroupe: Toujan Al-Faisal (Militante pour les droits humains,  journaliste à la télévision et première femme députée au Parlement, Jordanie), Subhi Hadidi (critique, éditeur, traducteur, Syrie/France), Hamdy Kandil (journaliste à la télévision, journaliste de la presse écrite, activiste politique, Egypte),  Nadia Lamhaidi (Professeur-Chercheur en communication, consultante auprès d’organisations internationales et auteur, Maroc) ainsi que Laila Al-Shaikhli (journaliste à la télévision, Qatar).

 

Le Ibn Rushd Fund a été fondé en Allemagne. Ses membres sont résidents ou originaires de nombreux pays arabes et occidentaux. Nommé en hommage au philosophe Ibn Rushd (Averroes, 1126-1198), il recherche à promouvoir la liberté de pensée et les forces démocratiques dans le monde arabe en décernant annuellement le prix Ibn Rushd. Le prix est entièrement financé par les cotisations de ses membres et des dons de particuliers. Le sous-thème varie chaque année; jusqu’ici ont été traités des thèmes comme le journalisme, les droits des femmes, la réforme de l’Islam, la littérature et le cinéma, les Lumières arabes, l’économie et internet. Pour déterminer le thème du prix, chaque mois de janvier, Ibn Rushd Fund appelle ses membres à choisir parmi une liste de sujets. Toute personne intéressée peut alors proposer des candidats et un jury indépendant spécialiste du sujet est nommé chaque année par le Ibn Rushd Fund pour désigner le lauréat parmi les nominés.

 

Si vous souhaitez d'assister à la remise du prix le 25 novembre 2011, veuillez vous enregistrer sous ce lien ou formulaire (Fax ou émail).

Voir:
Le CV Sihem Bensedrine

CV Jury

CV Laudateur

Concours

Ibn Rushd Fund – Who are we?

Ibn Rushd prix


Ibn Rushd Fund for Freedom of Thought

Erich-Weinert-Str. 17

10439 Berlin

Germany

Tel. +49 (0) 30 32664-721

Fax +49 (0) 30 32664-722

Web:  www.ibn-rushd.org 

E-Mail: contact@ibn-rushd.org

 

________________

Soutenez le travail du Fonds Ibn Rushd en faisant un don (PayPal) ou devenez membre bienfaiteur.

 

Pour vous désabonner de notre liste, prière d'envoyer un email à unsubscribe@ibn-rushd.org

en indiquant "unsubscribe" comme objet.

Twitter
Facebook